COMMUNIQUE DE PRESSE

Aujourd’hui à Londres, heure anglaise, le Juge Rose de la Haute Cour d’Angleterre a rendu une décision condamnant M. Sergei Pugachev a vingt-quatre mois d’emprisonnement dans l’affaire où elle retient envers M. Pugachev un outrage à la cour en lien avec l’Ordre de juillet 2014 du gel mondial de ses avoirs. Lire la suite

L’Obs: Khodorkovski, Pougatchev… Poutine doit des milliards aux oligarques

A Moscou, le tsar Poutine fait et défait les fortunes. Mais certains oligarques déchus ne se laissent pas faire. Réfugiés à l’étranger, ils exigent – et parfois obtiennent – des dizaines de milliards de réparation.

Bientôt ruiné par l’effondrement du prix du pétrole et les sanctions internationales, Vladimir Poutine va-t-il devoir encore passer à la caisse ? Déjà condamnée, en juin 2014, à payer une indemnité record de plus de 50 milliards de dollars (47 milliards d’euros) dans l’affaire Ioukos, la compagnie pétrolière du milliardaire Mikhaïl Khodorkovski, la Russie va-t-elle maintenant devoir aussi indemniser Sergueï Pougatchev, un autre de ses oligarques tombé en disgrâce?

Ancien très proche ami de Poutine mais devenu critique du régime, Sergueï Pougatchev, 52 ans, réclame devant la cour arbitrale internationale de La Haye, 12 milliards de dollars (11 milliards d’euros) à la Russie qu’il accuse de l’avoir “dépouillé” de ses biens.

Sergueï Pougatchev, ex-sénateur de la région de Touva, dans le sud de la Sibérie, avait bâti un empire en Russie. En 1992, il avait fondé la Mejprombank, devenu au début des années 2000 l’une des principales banques du pays. Il développe jusqu’en 2010 le groupe OPK qui regroupe notamment plusieurs chantiers navals et une entreprise d’exploitation de charbon à coke (EPC). Il a aussi investit en France, notamment dans l’immobilier de luxe. En 2007, il prend le contrôle de la marque française d’épicerie fine Hédiard et, en 2009, il permet à son fils, Alexandre, de prendre la direction du quotidien “France Soir”. Mais les Pougatchev échouent à redresser ces deux emprises à la dérive.

Lisez l’article par Jean-Baptiste Naudet dans son intégralité

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Déclaration officielle du Service de presse de M. Sergueï Pougatchev

Le 20 novembre 2015 – En réponse aux publications récentes parues dans les médias russes qui rapportent que les services répressifs russes ont fait appel à Interpol dans le but de déterminer où se trouve actuellement Sergueï Pougatchev, le Service de presse déclare ce qui suit :

Monsieur Sergueï Pougatchev, citoyen de la République française, a séjourné en France avec sa famille depuis le début des années 1990 et depuis 2010, M. Pougatchev réside en France de manière permanente.

M. Pougatchev a répudié sa nationalité russe en 2012, suite à la confiscation de ses actifs en Russie. À la fin de l’année 2014, le bureau russe d’Interpol a placé le nom de M. Pougatchev sur sa liste des personnes recherchées. En 2015, le nom de M. Pougatchev a été retiré de la liste suite à l’appel interjeté par les avocats français de M. Pougatchev devant le bureau central d’Interpol. Actuellement, les déplacements de M. Pougatchev à travers le monde ne sont nullement restreints.

M. Sergueï Pougatchev et ses avocats estiment que les allégations des autorités russes visant M. Pougatchev sont politiquement motivés et sans aucun fondement légal. L’équipe des avocats attend le début de la procédure à la Cour internationale d’arbitrage de La Haye qui va examiner la demande d’indemnisation de M. Pougatchev contre la Fédération de Russie portant sur un montant de 12 milliards de dollars.

M. Sergueï Pougatchev est représenté par l’un des plus grands cabinets d’avocats américains du monde, King & Spalding LLP. Actuellement, des démarches sont entreprises afin d’obtenir des mesures provisoires sous la forme de saisies d’avoirs appartenant à la Fédération de Russie dans différents pays.

Service de presse de M. Sergueï Pougatchev

Paris Match: Réfugié, l’ancien ami de Poutine se bat

 Un air de Nicolas II pour ce grand seigneur destitué. Sergueï Pougatchev sur la terrasse de son château de Gairaut qui domine la baie de Nice.
Credits photo: Alvaro CANOVAS/Paris Match

Francois de Labarre, journaliste à Paris Match, a écrit:

“Assis sur un fauteuil-club en cuir, les pieds sur une peau de bête, Sergueï Pougatchev avale un thé aux herbes fumées dont le parfum embaume la pièce. Ses yeux sont clairs mais son regard ténébreux. Depuis le vestibule résonne sur son Yamaha SU7 –la Roll’s des pianos droits- un air de Bill Evans. Sergueï Pougatchev ne possède pas de club de foot. Sa femme n’est pas mannequin, mais une ancienne présentatrice de la BBC, Alexandra Tolstoï, lointaine descendante de l’écrivain. “Vous auriez tort de vouloir tous nous mettre dans le même panier, explique-t-il, nous sommes très différents.””

Lire l’article en entier

La réaction du Parlement russe suite au lancement de la demande d’arbitrage international par Sergueï Pougatchev

Le projet de loi portant sur l’immunité juridictionnelle des États étrangers et leurs avoirs dans la Fédération de Russie vient d’être adopté à la hâte, témoignant du potentiel de la demande d’arbitrage de l’homme d’affaires français Sergueï Pougatchev, qui réclame un montant de 12 milliards de dollars à l’État.

Le journal russe Novye Vedomosti [«Nouvelle Gazette»] a rapporté que la perspective du recouvrement de 12 milliards de dollars à la Fédération de Russie et des mesures transitoires contre la Fédération de Russie, notamment le gel des actifs russes dans différentes juridictions, dans le cas où la demande de Pougatchev serait entendue, a visiblement éveillé les inquiétudes des parlementaires russes. Le pouvoir législatif a approuvé à la hâte la nouvelle proposition de loi qui stipule que l’immunité d’un État étranger sur le territoire de la Fédération de Russie pourrait être limitée si la Russie ne peut pas exercer pleinement une immunité égale sur le territoire de l’État étranger en question. En d’autres termes, la Russie serait en mesure de geler les actifs des pays étrangers se trouvant sur son territoire en réponse à une action similaire à l’égard de ses actifs.

C’est qui est intéressant, c’est que la proposition de loi a été approuvée seulement quelques jours après la déposition de la plainte par Pougatchev, qui est susceptible d’être entendue par la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, dans laquelle l’homme d’affaires demande à être indemnisé par la Russie pour un montant de 12 milliards de dollars pour des actifs confisqués dans l’immobilier , la construction navale et l’industrie minière. Pougatchev a également affirmé : «Nous avons passé une année à préparer cette action. La réclamation sera déposée devant plusieurs juridictions différentes. Ceci est une pratique habituelle en matière de droit et les avoirs de la Russie seront gelés même avant qu’une quelconque décision soit rendue par la cour.»

Pougatchev pourrait bien gagner la procédure d’arbitrage contre la Russie en raison de la détérioration des relations étrangères

L’article publié par le journal russe Obschaya Gazeta [en français : “Journal Général”] renvoie au commentaire fait récemment par le Président de la Cour d’Arbitrage de Moscou, Alexeï Kravstsov, selon lequel Pougatchev a de fortes chances d’obtenir la compensation de 12 milliards de dollars qu’il réclame à l’État russe. Kravtsov a dit que “la décision pourrait même être rendue dans six mois” et que la cour allait “entendre les deux parties par le biais de relations bilatérales”. En effet, la demande d’arbitrage de Pougatchev mentionne des violations de l’Accord entre le gouvernement russe et le gouvernement de la République française portant sur la promotion et la protection mutuelle des investissements par la Fédération de Russie.

Les experts russes affirment de manière unanime que les facteurs principaux qui vont influer sur la décision de la cour sont les preuves objectives de l’expropriation de M. Pougatchev , mais également la situation politique internationale qui continue à se détériorer. Alexander Shatilov, politologue et doyen de la Faculté de sociologie de l’Université des finances du gouvernement russe a déclaré que les relations internationales entre la Russie et l’Occident se sont “nettement détériorées” après l’annexion de la Crimée.

Le mois dernier, Sergueï Pougatchev a affirmé qu’après le lancement de la procédure d’arbitrage international, l’étape suivante consisterait à engager des mesures transitoires contre la Fédération de Russie et notamment le gel des avoirs russes à l’étranger. “Nous avons passé une année à préparer cette action. La réclamation sera déposée devant plusieurs juridictions différentes. Ceci est une pratique habituelle en matière de droit et les avoirs de la Russie pourraient être gelés même avant qu’une quelconque décision soit rendue par la cour”, soutient Pougatchev. Alexander Shatilov est d’accord avec l’avis de Pougatchev : “la décision de bloquer les avoirs russes pourrait être rendue en dehors de la cour”.

Lire l’article en entier (en russe)